Photo Audoin Desforges pour Libération

Celui ou celle qui a les couilles (désolée, ça sort des tripes) d’exprimer qui il ou elle est véritablement, permet aux autres de ressentir ce qu’est le secret de cet univers qui me semble être le parfait équilibre entre les opposés : l’ombre et la lumière, le masculin et le féminin, l’amour et la peur… Ce qui est.

Aujourd’hui, c’est l’étoile Chilla qui m’éblouit et me bouleverse avec :

– La fusion qu’elle fait du masculin et du féminin

J’entends un mélange sublime du féminin avec sa voix douce, profonde et envoûtante, et du masculin avec son flot de paroles rappé, carré, clair et très intense. Selon Christophe Allain, la vraie nature de la femme c’est d’être douce à l’extérieur et forte à l’intérieur alors que l’homme c’est l’inverse. Je me reconnais tout à fait dans ce concept et il me semble que Chilla en est l’expression même.

– L’omniprésence de l’ombre et de la lumière dans son art

Elle embrasse la vulgarité et dit les choses telles qu’elles sont, avec parfois un soupçon d’humour, malgré le sérieux de la forme :
“Si j’étais un homme j’pisserais contre les murs” – Si j’étais un homme
“Même avec un pull t’es une salope” – Sale chienne
et fait passer un message de sagesse avec ses propres mots :
“J’aimerais apprendre c’qu’on apprend pas à l’école”, “On m’a pas appris à gérer les drames de la vie donc j’suis partie en vrille” – 1er jour d’école
“Malgré la brume, il y a toujours cette lumière qui me guide” – Exil
“Aveuglée, j’ai oublié celui qui prend soin soin de sa mère” – Si j’étais un homme

Chilla en live, c’est bouleversant

Moi quand je l’écoute, je ressens le féminin sacré.

Tirage tarot pour Chilla

6 d'épée par SpellCaster's tarot de Melanie Marquis
6 d’épée
Tarot SpellCaster’s de Melanie Marquis

Après avoir mélangé les cartes tout en écoutant ses chansons, comme par hazard, je tire le 6 d’épée. Le 6 est le symbole de la beauté et du féminin ! L’épée est celui de l’intelligence et de ce qui tranche.

Ce que je vois sur cette carte, c’est une femme en plein voyage “suivant le courant de ce fleuve”, “découvrant le monde”, et naviguant entre les montagnes. Elle a “quitté le navire à la nage” mais elle est protégée par son ange gardien, son masculin sacré peut-être, qui la guide.

Elle offre maintenant son plus précieux cadeau au Monde. Elle utilise sa boussole interne, se laisse guider, et utilise les épées tranchantes qui l’entourent et qui l’ont autrefois blessée, comme ses plus belles armes.

Elle porte un voile sur sa tête car elle reste humble et profonde, elle est consciente que son talent est divin est qu’elle n’est qu’une messagère.